#Zoom sur c’est une série de portraits d’acteurs, agissant pour un monde de demain réfléchi et durable en lien avec la réduction des déchets et la lutte contre le gaspillage. 
Après un article sur Boxeaty, nous continuons notre série de portraits avec l’Échoppe Zéro déchet, un tiers-lieu zéro déchet à Mérignac proposant à la fois une épicerie vrac, un café, un espace seconde main et des ateliers.

# 07 – Zoom sur L’Échoppe Zéro Déchet – entretien avec Élodie, Aude & Mathilde : 

L’échoppe zéro déchet a quel âge ? 

E : L’échoppe a ouvert ses portes le 15 juillet 2020 mais le projet a nécessité près de deux ans de travail en amont pour sa conception. Oui, l’idée de L’échoppe a maintenant 3 ans et la boutique 16 mois.

Et qui a été à l’origine et quelle a été la motivation, l’électrochoc pour souhaiter se lancer dans le projet ? 

E : Aude a été à l’origine de ce projet, puis Fanny, Mathilde ont rejoint l’aventure en cours de route. En ce qui me concerne,  j’ai vu passer une annonce de poste et a tout de suite adoré le concept. Après des études en psychologie sociale et environnementale, j’avais déjà travaillé dans le zéro déchet pour Bordeaux Métropole et souhaitais vraiment m’impliquer davantage dans l’accompagnement direct des changements de comportement, en proposant des solutions concrètes et directement applicables car c’est ce qui semble souvent manquer pour commencer à agir.

A : L’échoppe zéro déchet a une histoire mérignacaise, elle fait suite au premier défi de familles zd de Bordeaux Métropole qui s’est tenu d’octobre 2017 à juin 2018, engageant 50 familles dans une diminution de leurs déchets. Une première asso est née puis devant l’agacement à ne pas tout trouver en vrac, j’ai eu envie de proposer l’endroit où ça serait possible à Mérignac. Le projet de L’échoppe zéro déchet est donc né, car il répondait à une problématique de territoire et a trouvé son public pour le construire !

 

Je vois que le lieu est bien plus qu’une boutique. Quelles sont les activités proposées ? 

E : En plus de la partie “épicerie vrac” qui regroupe toute sorte de produits alimentaires (épicerie sèche, produits frais, fruits et légumes, détergents, cosmétiques, objets ZD), l’Echoppe contient aussi un coin “café” et une partie “dépôt-vente” avec des livres et jouets d’occasion. Nous proposons aussi régulièrement des ateliers, par exemple de création de cosmétiques, de détergents…

A : L’idée était de proposer un endroit convivial parce qu’on avait bien compris avec le défi que le partage et les échanges facilitaient la démarche : du vrac et du lien 😉

Super ! Justement, on parle d’activités, de lieu de partage de connaissance et de partage. Que propose l’Echoppe ZD pour les cadeaux de Noël ?

E : Nous avons un coin “artisans” qui regroupe des produits et objets zéro déchet locaux tels que des savons, des productions en tissu (éponges, lingettes, pochettes etc) pour de beaux cadeaux originaux et écolo !
Nous organisons aussi des marchés de Noël les samedis de décembre avec d’autres artisans extérieurs pour découvrir d’autres productions locales. Les ateliers proposés peuvent aussi constituer des pistes de créations maison !

A : Nous avons également une sélection spéciale Noël de produits zd : théières et accessoires à thé, pack cosmétiques, épicerie fine…

Quelles ont été et quelles sont les difficultés de votre action au quotidien ? 

E : La plus grande difficulté est pour moi, ici mais aussi de manière générale, d’amener les personnes non initiées à agir. A l’Échoppe, nous parvenons à accompagner les personnes intéressées qui ont décidé de se lancer, mais nous ne pouvons pas pousser les gens à passer notre porte !

A : Se faire connaître et aussi comprendre les freins à la démarche afin de les lever.

Échoppe zd

Et L’Echoppe Zero Déchets de Mérignac, ça représente combien aujourd’hui d’employé(s), de clients et d’emballages évités ?

A : L’échoppe a créé de l’emploi ! Nous avons 3 CDI, un CDD, un alternant, ce qui représente un peu plus de 3.5 ETP. Nous avons dans notre fichier client près de 2000 inscrits. Les emballages évités sont plus difficiles à quantifier, il faudrait prendre les données du secteur.

M : En tout, c’est 3,5 Emplois à Temps Pleins, avec une moyenne journalière de tickets 50 clients.

Actuellement, L’échoppe ZD est implantée à Mérignac. Vous avez d’autres projets d’ouverture ? Et demain ? Avez-vous prévu d’étendre sa portée, l’offre proposée, tant en termes d’achalandage qu’en activités ?

A : L’année dernière, des étudiantes ont fait une étude de franchisation de L’échoppe zéro déchet 😉 On nous pose souvent la question parce que notre concept plaît mais nous sommes dans le démarrage de l’activité, concentrons-nous sur son équilibre et son développement. Par contre, nous cherchons constamment à développer les activités, la gamme…

M : Une boutique c’est déjà beaucoup de travail. Nous n’avons pas de projet d’ouverture autre pour le moment. L’offre évolue en permanence et on tient compte aussi des demandes clients. On garde la même activité qu’actuellement : épicerie vrac, développement du coin café et des ateliers et vente de jouets / livres d’occasion.

Concrètement, je suis citoyen.n.e, comment puis-je soutenir votre projet et aller dans votre sens ? 

E : Vous pouvez adhérer à l’association et venir à nos assemblées pour participer à nos décisions, ou tout simplement venir nous rencontrer, en parler autour de vous… 🙂

A : Oui, parler de L’échoppe et faire venir du monde 😉

Et comment L’Echoppe ZD se finance ? Quel est votre modèle économique ? Quels sont vos partenaires, vos sponsors ?

A : Nous sommes une association, nous avons touché des subventions des collectivités. Mais notre modèle doit pouvoir être autonome, c’est ce que nous recherchons. Mais nous avons démarré en pleine pandémie, il est difficile de savoir ce qui y est lié ou non. Nous sommes un commerce avec une activité fondée sur l’achat revente, c’est notre modèle économique, même s’il est arbitré avec la volonté de démocratiser la démarche et donc de rendre le vrac le plus accessible possible.

M : On a reçu des subventions la première année. Maintenant notre modèle est de faire assez de ventes en volume pour couvrir nos charges et pouvoir se payer.

Vous êtes au quotidien dans la sensibilisation et l’accompagnement. Quel serait votre rêve ?

E : Mon rêve serait de parvenir à toucher toute sorte de public. J’aimerais que chacun se rende compte de l’impact que ses petites actions, telles que faire ses courses, peuvent avoir un impact sur l’environnement et même sur la société. Je voudrais que chacun prenne conscience qu’il est important d’agir à son niveau, car si tout le monde attend que les autres le fassent, il est certain que rien ne bougera.

A : Mon rêve est déjà presque là ! Quand on s’est lancé, on n’a pas imaginé que ça serait à ce point cette belle réussite. Donc aujourd’hui, le rêve ultime serait que la démarche zéro déchet soit la norme et non pas une action militante !

Un grand merci pour cet échange et un grand bravo à vous pour votre action quotidienne. Un mot pour conclure ? 

E : La terre est la seule planète où trouver du chocolat, préservons-la 😉

L’Échoppe Zéro Déchet
28 rue André Ouley
33700 Mérignac

Pour plus d’infos, retrouvez-les sur :

Site / Facebook / Instagram

Propos recueillis par Cédric LOY, Zero Waste Bordeaux