#Zoom sur c’est une série de portraits d’acteurs, agissant pour un monde de demain réfléchi et durable en lien avec la réduction des déchets et la lutte contre le gaspillage. 
Après un premier article sur Josette anti-gaspi, nous continuons notre série de portraits avec un acteur proposant une solution pour le réemploi des objets et la lutte contre le gaspillage alimentaire bien connue des adeptes du zéro déchet à savoir Geev

# 02 – Zoom sur Geev – entretien avec Florian BLANC : 

Florian, l’application Geev, est utile à toute personne souhaitant donner un objet, c’est ça ? Tu peux nous en dire plus ?

FB : Exactement ! L’application Geev, disponible sur iOS, Android et en version Web, permet à quiconque souhaite donner une seconde vie à des objets qu’il n’utilise plus de facilement trouver preneur ; dans une logique d’économie circulaire, il rallonge la durée de vie des objets en question et fait des heureux au passage, c’est gagnant-gagnant ! Selon l’ADEME ce sont près de 10 millions de tonnes d’objets qui partent chaque année à la poubelle, alors qu’ils auraient pu être réemployés. Nous essayons d’apporter une solution à ce problème.

Geev c’est aussi une appli “bons plans” et solidaire qui permet de récupérer gratuitement. Lorsque j’ai aménagé à Bordeaux il y a maintenant quelques années, il me manquait beaucoup de choses pour meubler mon appartement et j’ai pu en trouver une bonne partie grâce à Geev et à la générosité des Geevers.

Enfin, Geev ce ne sont pas seulement des objets, nous avons également une section nourriture qui, toujours dans une logique d’économie circulaire, permet de facilement donner les aliments non consommés et donc de lutter contre le gaspillage alimentaire des particuliers.

Et d’où vous est venue l’idée ? De quel constat, quel déclic ? 

FB : Ayant vécu à Paris, nous avons fait l’expérience un nombre incalculable de fois de superbes objets laissés à même le trottoir, ici un canapé 4 places hyper confortable, là une machine à laver encore en état de marche. Ce phénomène est exacerbé à Paris mais est malheureusement présent dans toutes les villes de France. Nous nous sommes donc interrogés sur ce qui pouvait pousser les gens à de telles extrémités et nous nous sommes rendu compte qu’il n’existait pas de solutions faciles et efficaces pour se débarrasser de ses objets inutilisés, même en état de marche. C’est ce que propose Geev aujourd’hui.

Actuellement, le réseau Geev compte combien d’inscrit.e.s ? Vous avez des objectifs fixés de nombre de geevers à atteindre ? Et comment avez-vous prévu d’accroître cette communauté ? 

FB : En presque 4 ans, l’application a séduit près de 3 millions de Geevers, qui ont fait à date près de 9 millions de dons ; aujourd’hui c’est un don toutes les 3 secondes réalisé grâce à l’application. En poids, cela représente près de 19 000 tonnes d’objets et 150 tonnes de nourriture sauvées.

Malgré cela, le nombre d’objets encore en état de fonctionnement ou d’aliments encore consommables se retrouvant à la poubelle reste énorme et nous sommes convaincus que le potentiel de développement est extrêmement important, en France et à l’international.

Notre développement aujourd’hui repose sur le bouche à oreille, nos utilisateurs étant nos meilleurs ambassadeurs, ainsi que sur la visibilité que nous offrent les médias.

Geev, c’est donner une seconde vie et utilisation aux objets condamnés à être jetés malgré leur potentiel. Traitez-vous le sujet des achats neufs à la source et, si oui, comment ? 

FB : Geev permet en effet d’allonger la durée de vie des objets et représente une alternative évidente à l’achat neuf. L’application permet donc à ceux qui le souhaitent d’avoir une consommation plus raisonnée et de ne pas systématiquement acheter des objets neufs. Nous constatons de notre côté depuis nos débuts une évolution des mentalités et une vraie envie des gens d’aller vers des comportements plus vertueux ; Geev, en tant que solution éco-responsable, est fière d’accompagner ces changements.

Et la crise sanitaire, avez-vous constaté un impact sur le développement et l’activité de Geev ?

FB : Cette période a été très particulière pour tous ; de notre côté, si le premier confinement a forcément mis un coup de frein aux dons sur la plateforme (nous avions même désactivé la messagerie de l’application étant donné le caractère très strict du confinement), les mois suivants ont au contraire vu un développement très fort de l’activité sur la plateforme. A celà plusieurs raisons : premièrement, dans cette période de remise en question, une vraie volonté des gens d’aller vers des comportements plus vertueux et plus respectueux de la planète ; deuxièmement un besoin de pouvoir d’achat plus fort en période de crise économique et une recherche de bons plans ; enfin beaucoup de temps disponible des gens pour s’occuper de sa maison et de son intérieur, ce qui a favorisé des services comme le nôtre.

Et comment Geev se finance ? Quels sont vos partenaires, vos investisseurs ? 

FB : Geev c’est aujourd’hui une équipe d’une quinzaine de personnes, des développeurs, des ressources en charge du produit, du service client, de la modération, de la communication… sans parler des autres coûts comme les frais techniques. Nous sommes une société commerciale, c’est un choix assumé qui nous permet de pérenniser le projet et surtout de financer nos ambitions de développement. Notre modèle comprend aujourd’hui de la publicité sur la plateforme, ce qui nous permet de proposer une expérience gratuite à la plupart de nos utilisateurs. Pour ceux qui souhaiteraient avoir une utilisation plus poussée du service (avoir accès à plus de contenus et des options de confort) ou qui souhaiteraient avoir une navigation sans publicité, nous proposons des formules d’abonnement qui, selon l’offre choisie, oscille entre un et quatre euros par mois. Nous avons par ailleurs des investisseurs qui nous soutiennent depuis nos débuts et nous ont permis d’atteindre notre niveau de développement plus rapidement que par nos propres moyens.

Et toi, Florian, tu as d’autres projets en vue ?

FB : Je concentre aujourd’hui toute mon énergie sur le développement de Geev, je suis loin d’avoir fait le tour du sujet et beaucoup de challenges nous attendent encore. Par ailleurs, je suis papa depuis quelques mois, c’est amplement suffisant pour l’instant !

Florian, merci pour cet échange, pour ces valeurs véhiculées et pour le partage de ta vision et de ton optimisme. Un mot pour conclure ?

FB : J’encourage tous les lecteurs de cet article à faire l’expérience du don et à en parler autour d’eux ! Notre slogan chez Geev c’est “Donner c’est gagner”, expérimentez pour en percevoir tout le sens !

Pour plus d’infos, retrouvez-les sur :
www.geev.com
Fondateurs : Florian Blanc et Hakim Baka

Propos recueillis par Cédric LOY, Zero Waste Bordeaux